Saturday, August 24, 2013

BALIBAGO, BARRETO, MBC ... LA TOURNÉE !

Longtemps que je n’avais laissé de post sur ce blog, il faut dire que le ‘’Dragon’’ veille sérieux.

De plus en dehors de quelques virées sur Manille, pas vraiment de choses exceptionnelles à vous raconter.

Sauf les boîtes de striptease de Cubao, il faudra que je vous parle des boîtes de stip de Cubao, elles existent toujours, bien que pas tout à fait situées au même endroit.

Elles ont bougées de quelques dizaines de mètres, pas plus et surtout le plus surprenant, pour moi tout du moins, l’ancienne plus grande de ces boîtes de striptease est devenue une boîte ou Club Gay !  



Impressionnant, il fallait faire très attention où l’on mettait les pieds en traversant la rue, il y en avait partout.

 Ne vous inquiétez pas, c’est toujours pas mon truc et je pense que ce passage sur terre ce fera sans avoir jamais expérimenté la chose.

Je vais mourir idiot diront certains !

Désolé, mais je préfère effectivement mourir idiot. Remarquez, je n’ai rien contre, je pars du principe que chacun prend son pied là où il le trouve. Mais en ce qui me concerne, il me faut des seins, des fesses, un mont de Venus, chauve de préférence, un petit bouton rose, érectile, qui se trouve juste en tête de pétales de roses, que l’on découvre au fond d’un sillon à peine creusé.

Pour les pétales, du genre pétales de rose en bouton, sur le point d’éclore, le genre escalope normande m’a toujours fait gerber et ce n’est pas uniquement pour la crème.

Que voulez-vous on ne se change pas ainsi une vieille tradition ancestrale.

Trêves de plaisanteries, mais sont-ce réellement des plaisanteries ?

Aujourd’hui c’est Ric qui va nous amener dans sa rapide tournées des coins les plus chauds (pour un touriste) de la partie Nord de Luzon. Rapide, mais intense. Je le soupçonne fortement d’avoir été piqué par une mouche Tsé-tsé, oui celle qui transmet la maladie du sommeil.

Maladie mal nommée, dans la mesure ou cette cochonnerie vous empêche de dormir, cela vous gratte et vous démange intensément de partout, un truc à rapidement devenir fou.



Donc Ric, fidèle lecteur de mon petit blog, arrive à Manille pour passer quelques jours de détente. En fait de détente il doit avoir la gâchette sensible, mais je vous laisse juges.
Je pensais que peut-être nous aurions pu nous rencontrer pour les dernières informations, recommandations ou suggestions, mais …

Mais je n'ai pas pu attendre, je t'écris d Angeles City plus exactement du Royal Amsterdam Hôtel, en plein dans Fields Avenue, où j'ai réussi à trouver quand même une chambre au calme.

Assez bon hôtel pour le coin et l'accueil est sympa. Angeles City, enfin, le quartier chaud (Balibago) ! C'est Pattaya, en beaucoup plus petit, mais on retrouve la même ambiance et j'ai très vite trouvé mes marques ici.

J'ai fait une première visite des bars hier soir, mais je ne pourrai pas tous les faire même en 2 jours il y en a trop, alors j'ai sélectionné les plus importants, ceux où il y a le plus de filles, je suis aussi scrupuleusement ton guide, super bien fait.

Les philippines sont de belles filles, on peut en trouver de très belles mêmes, mais aussi assez cher (toute proportion gardée par rapport à la France naturellement). Le prix le plus élevé que j'ai trouvé c'est au Doll house (dont il existe un gogo à Pattaya si mes souvenirs sont exacts) à 3000 PHP.

Il existe effectivement un Doll House à Pattaya et ce sont les mêmes propriétaires.
Pour les prix cela peut varier considérablement, mais l’on peut dire que cela va de Php 1000 à 3000.
De nombreux facteurs entrent en jeu pour la tarification. Les grands Clubs sont relativement chers, mais les prix vont aller décroissant au fur et à mesure que l’on s’éloigne du centre du champ de bataille. L’on trouve parfois des merveilles cachées, en s’éloignant de quelques minutes à pied.

Malgré tout, après plusieurs visites et pas mal de bières c'est au Genesis que j'ai pris 2 filles à 2000 PHP chacune (36 € X 2) pour les ramener à l'hôtel qui est juste en face, dans la même rue.

Après encore quelques bières dans ma chambre et une conversation pour faire connaissance, je les ai connues bibliquement l'une après l'autre. Mais je m'y suis mal pris, car pendant que j'en entreprenais une l'autre attendait et je me demande si ça n'a pas créé des jalousies. 


Toujours est-il qu'après les avoir prises et reprises, elles ont voulu se barrer. J'ai essayé de leur dire que j'avais payé pour la nuit, mais devant leur mauvaise volonté je leur ai dit de partir. Je ne veux pas d'histoire ici et pas la peine de les forcer si c'est pour qu'elles fassent la gueule.
J'ai quand même bien pris mon pied, mais je ne leur ai donné aucun pourboire. 

J'avais bien pris soin avant de tout enfermer dans le safety box tu penses bien.

Mais tu as raison, deux filles en même temps, c'est pas forcément un bon plan ; elles se montent le bourrichon l'une l'autre et c'est difficile d'avoir le dernier mot.

Cet après-midi je suis allé à Santos street pour trouver un short time que j'ai ramené dans ma chambre.

Santos Street, surnommée BJ Street.

C'était une fille de Mindanao, l'ile la plus au sud, elle avait 27 ans, mais en paraissait 20 et elle parlait encore plus mal l’anglais que moi.

C'était la première passe qu'elle faisait, elle était toute timide, j'ai bien aimé, j'ai eu l’impression d’être le premier à passer par là.

Ce soir c'est ma deuxième et dernière nuit à Angeles, demain je pars pour Olongapo.

Je  n'ai pas encore eu le temps d'aller au LA café, mais j'irais lors de mon retour sur Manille. La prochaine fois je te raconterai la nuit que j'ai passé à Manille avec la fille que j'ai connue depuis la France sur Asiandating.,

Je suis toujours en relation avec elle, une vraie pinay qui me protège, exactement comme tu l'as décrit.Devine d'où je suis en train de t'écrire ? Je pense que tu comprendras tout de suite en voyant la Photo

.

Je pensais prendre un tricycle puis le bus au Terminal Bus d'Angeles, mais finalement j'ai profité du van qui passe prendre les clients dans les hôtels moyennant 500 PHP.

Je me suis levé à 9:00 et le temps de m'assurer que je n'avais pas trop la gueule de bois, j'ai préparé mes affaires en vitesse. Je suis descendu au lobby à 9:30. La réception m'a fait ma note en 2 minutes et à ce sujet je dois dire qu'ils sont très sympas et serviables au Royal Hôtel Amsterdam (n°1 au Tripadvisor il me semble me souvenir).

Hier soir j'ai continué la tournée des bars principaux de Fields et j'ai assisté à un spectacle mémorable à l'Atlantis qui s'est terminé par des lancés de ballons dans tous les sens, je me suis amusé comme un petit fou.

Puis, quelques bars et beaucoup de bières plus tard, j'ai emmené mon repas pour la nuit pour manger, mais seule cette fois ci. Très, très bon coup, même s'il y avait plus jeune, mais c'est pareil, il faut choisir, car à 20 ans on a pas l'expérience de 28 ans....

Bref je suis très content de mon premier séjour à AC, j'y reviendrai, sans doute avec un ami qui d'ailleurs devait venir avec moi, mais a dû partir au Canada en dernière minute.

Là j'attends que ma chambre soit prête et j'irai faire un tour à Barreto à l'aube, c'est à dire vers 2:00 pm pour mon petit déjeuner.

Ca n'a pas l'air loin. En route un habitué Suisse (qui est lui même descendu au Sheavens) m'a dit qu'il fallait peut-être 15 mn à pied pour y aller, mais par cette chaleur je prendrai plutôt un tricycle.

Sinon je suis toujours en contact avec mon adorable petit dragon de Manila. Je prépare ma dernière nuit mercredi avec elle, en échangeant plein de sms avec le portable que j'ai acheté avec elle à Ermita le premier jour et on se dit "I miss you" à longueur de journées.

Donc je prends la suite du mail d'hier que je t'écrivais sur l'heure de midi, juste à mon arrivée.
J'aime bien le Sheavens Seafront Hotel, un peu en retrait, mais au bord de la mer, ce qui donne une touche plus exotique par rapport aux hôtels du centre ville. Cela permet également d'avoir un peu d'air, avec les chaleurs écrasantes…


D'autant que tu peux rejoindre (et dans les 2 sens) Barreto, le coin chaud d'Olongapo en tricycle pour 50 PHP (1 euro) en 5 minutes exactement, montre en main. L'expérience du chauffeur slalomant entre les nids de poule est marrante.

J'ai pris une chambre au 4ème et dernier étage et même s'il n'y a pas d'ascenseur, j'ai une belle vue sur la baie. La nuit coute environ 2500 PHP (50 €) sans le breakfast.

A 2:00 pm me voilà donc parti vers Barreto, en fait la route principale qui traverse la ville et qui est bordée de bars sur environ 1 km. A cette heure la plupart des bars sont fermés, mais renseignement pris, le TOUCAN, dernier bar sur la route est ouvert.

Pur style anglosaxon, maillots de sport dans des cadres, petites tables et billard au fond.
Le bar est clair, il y a du monde et l'ambiance est décontractée. Je prends un coca et qui je vois ? Le suisse rencontré le matin dans le bus avec sa pinay, un sacré baroudeur celui là, il connait tous les bons plans des philippines, dommage que je ne comprenne qu'un mot sur deux.

Il vient régulièrement en Asie, il m'a parle de bons plans également en Chine notamment à Shanghai et à Pékin, a voir donc....

Donc au TOUCAN pas de problème, tu peux choisir parmi les employées et je choisis ma petite serveuse Myla. Je barfine 1500 PHP (30 €) au comptoir et nous voilà partis, en sens inverse et toujours en tricycle, pour une petite sieste coquine.

Elles sont bien dévouées et elles savent y faire. Quelques temps plus tard je descends nager un peu dans la mer, mais elle ne semble pas trop propre, alors je vais me rincer dans la piscine.


Après, pour diner, je vais (toujours sur les conseils de mon suisse que j'ai recroisé cette fois à la piscine) au BLUE ROCK, à environ 100 m de l'hôtel en continuant le chemin. 

C'est un grand restaurant au bord de la plage avec une carte bien fournie. Ils ont de bons plats de fruits de mer et de poissons.

Sympa et avec un orchestre. Et qui vois-je avec sa pinay ? Mon suisse et nous dinons tous les trois ensemble.

Mais j'ai d'autres choses à faire et sitôt le diner terminé, je fonce dans le premier tricycle direction Barreto, "50 PHP for Baretto ? Okey. Let's goooooo".

Je fais quelques classiques sur la liste des bars que tu indiques et que j'ai prise avec moi : Club 20/20, CLub 1, le Angel witch où j'ai vu les plus belles filles, mais où j'ai offert un lady drink à une nana qui avait ses règles, ce qui m'a fait quitter le bar de dépit. Elles ont souvent leurs règles ici où alors c'est un pretexte pour ne pas partir avec toi ?

Le Bar Baretto où elles ont toutes voulu se rendre compte, par elles mêmes, de la taille d’un cheval quand il est en érection, en le touchant et en le soupesant,
Je me suis laissé faire avec délices. 

J’en ai pêché une que j'ai ramenée à l'hôtel, on s'est pris un drink sur le canapé de la terrasse de mon étage. face à la baie. de nuit. plutôt sympa avant une bonne chevauchée.

Puis je suis retourné vers minuit à Barreto notamment au VOODOO mon préféré. J'ai été assailli (normal pour un cheval) par une nuée de filles toutes plus mignonnes les une que les autres et j'adore les faire rire. Elles ont toutes de merveilleux sourires. J'y étais déjà passé en début de soirée, il y a pas mal de filles, plutôt jolies et l'ambiance est festive.


Mais là à minuit c'est la débauche, on se pelotte dans tous les sens et une d'elles me met carrément la main dans le slip pour me prendre le paquet Bonux (avec le cadeau), qu'elle n'a plus laché tout le temps que j'étais là bas. Je n'ai pas pu faire autrement que la ramener à l'hôtel, autrement cela n’aurait pas été digne du Gentleman que je suis.

Ici tous les barfines sont à 1500 PHP, de jour comme de nuit, quelque soit le bar. J'ai fait bien d'autres bars, ils sont de qualités inégales, mais l'accueil est bon, bien meilleur en tous cas qu'à Pattaya où tu te fais jeter comme  un malpropre si tu ne prends pas immédiatement une consommation.

Olongapo c'est une ambiance plus provinciale, plus farniente et plus vacances qu'à Angeles. Il doit y avoir une vingtaine de bars, peut-être plus, il y a de quoi faire, même en y passant plusieurs jours.

Aux dernières infos que je t'ai laissées, j'étais à la fin de ma première journée à Olongapo. La deuxième journée a commencé par un breakfast anglais à la terrasse puis le temps de me remettre, je suis allé piquer une tête dans la mer, puis dans la piscine histoire de me rincer, car la mer ne me dit rien qui vaille. Pas de vie végétale, pas de poissons et ces immenses grues, au loin, qui font industrielles, bizarre.... Bref,

Le temps de me remettre et de me préparer, il est déjà 2:00 pm, l'heure d'aller à la pêche pour une sieste coquine. Je vais direct au Voodoo, car les filles m'ont dit la veille que le bar était ouvert dès 2:00. Mais en arrivant, l'homme de ménage (beaucoup d'hommes de ménage ici) m'a plutôt dit de revenir à 3:00.

Ok pas de problème, merci pour l'info. Me voici donc reparti pour le Toucan, au moins celui là je sais qu'il est ouvert ; je boirai un coup en attendant 3:00, no problem. Mais assis dans le bar, une des filles qui m'avait accueilli la veille et qui avait beaucoup tenté de me brancher, revient vers moi et insiste. No, no thank you dis-je au début puis, à la réflexion, je me suis dis qu'elle semblait vraiment motivée, 21 ans !


Nous voici dans le tricycle direction l'hôtel. Finalement, une fois déballée dans la chambre, malgré un visage assez moyen, elle a un corps de toute beauté, bonne pioche. Très difficile de prendre des photos ou de faire des films ici. Je me résous en fin de compte à poser ma caméra sur le meuble et l'air de rien pendant qu'elle est sous la douche je la démarre et je l'attends, allongé sur le paddock.

Aaaahh j'adore revoir ces souvenirs, bien entendu uniquement à usage personnel. Une fois notre brève histoire terminée, après avoir approfondies nos connaissances l’un de l’autre, je lui donne 500 PHP de pourboire et je retourne sur le transat au bord de la mer … histoire de me reposer avant la nuit.

Cette fois, je vais manger un hamburger dans Barreto, j’en laisse la moitié, trop copieux. Puis me voilà en route. En fait, je remonte en sens inverse Barreto, c'est à dire en venant du fond de la Highway road en direction de l'hôtel.

Mon programme est la visite des bars que je n'ai pas faits la veille. J'en fais quelques uns, mais celui dont je me souviens, également l'un de mes préférés avec le Voodoo, c'est le Catwalk.
Une double scène et des filles vraiment ravissantes, difficile de faire son choix. Je me mets toujours devant la scène, très proche des filles, jamais au fond, car je veux capter leur regard et choisir en fonction de la beauté, mais aussi, et presque surtout, en fonction de la motivation.

Et je tente quelques plaisanteries, que j'espère pas trop lourdes, pour les faire réagir. J'en choisi une qui m'arrête pas d'essayer de me brancher avec force sourires et déhanchements et hop direction tricycle … hôtel et le souvenir est dans la boite.

Ce soir dernier soir à Olongapo....

Je suis toujours en contact avec ma pinay à Manille je la vois demain je crois qu'on a impatience de se retrouver.



 Bon allez, c'est ma dernière nuit et je n'ai pas fait tous les bars, j'y retourne. Après quelques bars et quelques bières, une danse avec des filles sur scène sur gangnam psy pour faire marrer tout le monde, même les mamasans, j'atterris dans un petit bar avec 5 - 6 filles qui se trémoussent.

Mais dont une est vraiment très belle, avec des gestes élégants, racés et toujours ces merveilleux sourires. Ni une ni deux je demande à la mamasan pour l'inviter. La mamasan me prend à part « est-ce que je pourrais la remettre moi même dans un tricycle pour son retour, car elle vient d'arriver de sa province aujourd'hui et ne connait pas bien Olongapo » - bien sûr pas de problème ! 

Elle se commande une vodka truc chose, l'essaie, il faut  toujours qu'il y ait de l'alcool dedans pour qu'elles soient encore plus souriantes.... « Quel age as-tu ? » "Twentyyyyyyyy" avec une remontée dans les aigues sur le "yyyyyyyyyy" et un sourire à tomber par terre. Ce genre de créature ferait bander un mort et malgré quatre jours de débauche nous voilà parti en tricycle, plus vite chauffeur !

Jamais je n'ai dégusté autant de petits minous (nourris au Tuyo et non pas au Friskies) que depuis que je suis aux Philippines. Il faut dire qu'ils sont tous plus adorables les uns que les autres, de petits boutons que l'on ne peut plus lâcher une fois en bouche.

Quel corps mon Dieu, merci pour tout et aussi pour le petit souvenir dans la boite. Mais maintenant il est l'heure de dormir,  demain je vais essayer de me lever tôt.

Tout aurait été parfait si la réception ne m'avait pas fait une mauvaise surprise en me faisant payer les taies d'oreillers sous prétexte qu'il y avait du fard à joue dessus. Malgré mes plaintes véhémentes ils ont gagné 1000 PHP, mais aussi perdu un client, j'irai ailleurs la prochaine fois.

Dommage.

Pour repartir à Manille, je reprends le tricycle (200 PHP) pour la gare routière de Victory Olongapo et là le bus (250 PHP) pour SAMPALOC à Manille. De là je prendrai un taxi qui m'emmènera pour 100 PHP à mon hôtel dans Intramuros.

Parti à 10:00 am , arrivé à 2:00 pm, total 550 PHP. Sinon en voiture particulière c'était 5500 à 6000 PHP.



Parti tôt. car je voulais arriver à Manille et avoir le temps de faire un tour au LA Café, que je ne connais

pas encore et que je souhaite à tout prix visiter avant mon rendez-vous avec ma Pinay. Celle qui m'avait accueilli le premier jour et avec laquelle je n'ai pas arrêté d'échanger des SMS tout au long de mon séjour.

J'ai d'ailleurs perdu mon téléphone philippin le dernier jour à Olongapo, dans un tricycle je pense. 

Après 25 minutes d'attente au bord du trottoir pour trouver un taxi, me voici au LA Café.

Certes il n'est que 4:00 pm et le premier étage n'est pas ouvert, mais il y a déjà pas de mal de filles qui ont l'air d'attendre on ne sait pas trop quoi. Je m'installe au comptoir comme d'hab et j'entreprends une jolie cliente, après avoir éconduit, très poliment bien sûr, deux filles venues pour amorcer la conversation.

Je n'ai pas beaucoup de temps donc je lui propose d'entrée de jeu de m'accompagner à l'hôtel, pas de problème,  pour 1500 PHP. J'avais pris soin de réserver mon taxi qui m'attendait dans la rue, car je ne voulais pas d'une nouvelle galère pour en trouver un pour le retour. Pas la même ambiance à Manille, le contact est plus professionnel, moins chaleureux qu'à Olongapo.

Donc je tire un coup, bien sympa quand même, mais cette fois la petite coquine a vu l'appareil photo et l'a détourné, pas de souvenir cette fois-ci....

Et elle se sert comme une sans gêne dans le dentifrice et la brosse à dents laissés par l'hôtel, elle aurait quand même pu me demander je ne lui aurais pas refusé. Décidément pas la même mentalité qu'en province.

Mais il est 6:00 pm, et déjà temps d'accueillir ma jolie Pinay rencontrée quelques temps plus tôt depuis Paris sur Asiandating. Le plus beau sourire de Manille. Après quelques apéros de retrouvailles et un repas sur le toit de l'hotel, nous voici au lit pour une romance d'amour.

C'est la première fois qu'elle se fait faire broute-minou me dit-elle et elle est très shy, c'est également la première fois qu'elle utilise un préservatif.

Le lendemain matin nous allons au centre commercial et bien qu'elle ne m'ait rien demandé, je lui lui fais un petit cadeau, un smartphone Myphone et la voilà toute contente. Nous sommes toujours en contact par mails et je continue à lui envoyer des photos de Paris. 

Mais je ne sais pas si nous nous reverrons, car elle veut aller travailler à Dubaï ou au Koweit, comme beaucoup de philippin(e)s.


Voilà, en résumé, quelques anecdotes de mon premier séjour aux Philippines et je n'ai qu'un seul désir c'est y retourner dès que je pourrai. J'en profite pour te remercier Domy, car c'est sûr ça n'aurait pas été une telle réussite sans tes précieuses indications et ton blog, c'est pourquoi je t'écris autant pour te raconter mes "aventures" c'est aussi une façon de te remercier.
 Merci, merci, merci :-)))

Du coup j'ai déjà programmé un retour, en novembre cette fois à Cebu - Moalboal pour une semaine de plongée et en profiter pour passer l'openwater et l'advanced openwater ; depuis le temps que j'ai envie de le faire.

Moalboal est une station balnéaire avec beaucoup d'écoles de plongées et quelques bars (mais pas de gogos). J'espère quand même pouvoir me ramener quelques guests, à priori ça devrait être faisable me dit le professeur de plongée de l'école avec laquelle je suis en contact et qui parle français. Qu'en penses-tu ?

Sinon j'essaierai de me brancher une fille de Cebu depuis la France avec Asiandating.
Et surtout, si tu veux bien me faire partager tes autres plans aux philippines je suis ultra preneur, je suis intéressé par à peu près tout.

Et aussi pour le Vietnam et le Cambodge....

Et sait-on jamais si tu es à Moalboal du 21 au 27 novembre je serai très heureux de te rencontrer.

J'ai déjà mes billets par Cathay Pacific : Paris-Hong Kong- Cebu.




N’hésitez pas à me contacter si vous souhaitez plus d’informations ou des précisions.

Domy : <  coquillagesdesphilippines@yahoo.com  >

Retrouvez-moi sur :
<  www.expatauxphilippines.blogspot.com  > 



Épouser une Femme Philippine”,

sous titré, 

Chercher Trouver et Marier une Pinay,


S’adresse à tous les hommes occidentaux  qui souhaitent trouver aux pays des 7.107 îles celle qui deviendra la compagne de leur vie.

Un livre complet qui aborde tous les sujets sans tabous.
Plus d’information sur la page ‘’livres’’






Mon petit livre 

101 façons de Générer des Revenus aux Philippines, pour y vivre’’ est maintenant disponible. 



Vous trouverez plus d’information sur la page ‘’Livres’’








 EST-ELLE réelle ?
              Est-elle celle qu’elle
                Prétend être ?

Enquêtes et Investigations
                   Aux Philippines

Friday, March 15, 2013

BORACAY, MANILLE, FIN DES VACANCES ... AUX PHILIPPINES !


Avant de vous laisser en compagnie de Ja et de Jb qui poursuivent leur quête du bonheur sur l’archipel du sourire, quelques petites remarques et suggestions.

Boracay c’est un peu, en tout petit, le Copa Cabana local.
Pour vous situer Boracay, dans la partie nord des Visayas, pratiquement au centre du pays.
 
De superbes plages, une des vies nocturnes les plus animées au monde, voir à ce sujet mon post « des îles, encore des îles » sur < www.philippinestoursetvoyages.blogspot.com >, néanmoins c’est tout petit. Sept kilomètres de long et quatre en largeur, vous ne pouvez pas vous perdre, oui ... mais la gent féminine, en fonction des saisons, est tout de même limitée, pour ne pas dire parfois très limitée.

Donc et croyez-en mon expérience, une bonne tactique peut consister à apporter son sandwich.
Saucisson beurre, mon préféré, au jambon blanc ou fumé, pâtés divers, etc.
Même une petite terrine ou un saumon fumé peuvent faire l’affaire.
Pour les raffinés et les gourmets, quelques toasts grillés et beurrés, recouverts de caviar Bélouga sur lesquels ont laisse tomber quelques gouttes de citron … un délice.
N’oubliez pas le verre de vodka, cul sec !

Le plus simple ou si vous êtes pressés, le former LA café, le Manila Bay Cafe offre de nombreuses opportunités. Si vous avez un peu plus de temps à passer à Manille, les terrains de chasse présentés dans mes différents posts, offrent également de nombreuses possibilités. Evitez les danseuses et autres entraineuses des bars, cela coûte cher et en général … pas terrible.

Ca y est, vous avez repéré votre sandwich, le bon choix ?
Il va falloir maintenant peser et envelopper, car c’est pour emporter.

Donc vous allez faire la proposition suivante, après avoir au minimum, discuté quelques temps avec la jeune personne ; j’ai bien dit ‘’au minimum’’.
Qu’allez-vous lui dire ?
« Je dois me rendre à Boracay (mot magique pour certaines Pinays), je me sens seul et souhaiterai avoir votre compagnie durant ce séjour ». Je vous invite donc à vous joindre à-moi, tous frais payés, plus une petite indemnité, hebdomadaire par exemple. Indemnité que vous allez négocier librement avec votre futur compagne.

Parlons prix, combien cela va-il vous coûter ?
Taxis, chambre d’hôtel … rien, le même prix.
Un aller retour Manille Kalibo : Php 2.000, moins si vous savez comment faire (voir Zest Air).
Repas plus boissons, comptez entre Php 500 et 1.000 par jour.
Son salaire hebdomadaire, à négocier, entre Php 2.500 et 5.000.

Si vous savez y faire, cela doit tourner autour de Php. 10.000 pour la semaine.
Piquer une des plantes qui poussent sur Boracay ?
Php 2.500 par soirée, plus éventuels repas et boissons …

Faites le bon choix !

Afin d’éviter tout problème, rare tout de même, j’ai un ami extrêmement précautionneux qui fait signer à l’élue un petit document. Document dans lequel elle reconnait être embauchée comme accompagnatrice, avec un salaire de Php. x par semaine.

L’avantage d’avoir sa ‘’Pinay’’ est que celle-ci va vous protéger, la ‘’Pinay’’ est très protectrice.
De plus elle va vous faciliter les relations avec les locaux et enfin, elle va négocier les prix pour vous ; de façon à ce que le ‘’pigeon’’ inscrit sur votre front disparaisse. Ceci pour les newbies, les nouveaux arrivés.

Je vous laisse maintenant avec Ja qui va, après de courts séjours à Manille et Angeles City,  ainsi qu'à Boracay, vous raconter ses derniers jours sur l'île paradisiaque.


JOUR 6 / BORACAY 3ème jour :

Il est 14h00, nous nous dirigeons station 2, Red Coconut. Hôtel central à Boracay avec possibilité d’avoir des transats sur la plage. Je dis à Jb : « j’oublie le bronzage ces vacances –ci.

Il est déjà 14h00. Généralement, le programme était réveil 10h00, petit-déjeuner et bronzette et après marche sur « white beach ». Là, après ANGELES CITY, je commence à fatiguer … J’avale un semblant de salade « caesar », copieux mais pas terrible …
Donc, nous voilà au bar du Red Coconut.
Il est 14h … Y a déjà du monde … Musique à fond… Des nanas, mignonnes, qui font l’aller-retour entre le bar et la plage.  Elles portent très bien le maillot de bain deux pièces ; the place to be.

A VOS CRAYONS… C’est l’endroit où vous devez venir pour chercher de l’amusement en plein après-midi, je reviendrai plus tard sur cette annotation.
Après avoir fini notre repas, le geste qui sauve : « une san mig light ». Là, je dis à Jb : « un alsacien et un breton ensemblr, yen a pas un pour dire stop». Les autres vacances, je ne buvais jamais de bière l’après-midi : « ETRE ET DURER ».

Et en novembre, j’avais un modérateur qui se reconnaîtra en lisant ces lignes.
Nous discutons avec un australien qui commence fort. Il boit un cocktail « maison », un truc imbuvable, du genre kamikaze. Le garçon a la trentaine, des tatouages plein le corps … Il veut nous faire goûter son verre. Nous déclinons poliment, je n’ai pas envie d’aller au lit à 17h et vers 15h, miss Cathy arrive portant un petit « paréo » et un haut de maillot que je trouve trop petit pour elle !!!

Comme nous avons décidé de changer d’hôtel à cause de son emplacement et de l’environnement, elle m’a dit qu’elle connaissait bien le Red Coconut et qu’on pouvait avoir un prix intéressant. Finalement, ce que l’on nous propose ne nous convient pas et on décide d’allé visiter d’autres hôtels. Je lui dis (à Cathy) à ce soir.

Après s’être rendus au BLUE LILLY, petit hôtel en début de station 1 (j’y suis resté 2 nuits en juin), on n’a pas réussi à avoir deux chambres avec balcon vue mer. Par contre, je recommande cet hôtel : 8 chambres, çà ressemble à une maison d’hôtes. Le personnel est très bien. On vous sert le petit-déjeuner en chambre. Les chambres sont petites mais elles ont été rénovées récemment, clim’ électronique, réglable au degré près. En bord de plage, super emplacement.

Situé en face du Cocomangas et avec vue sur « Willy’s rock ». Si vous ramenez une guest, pas de taxe supplémentaire à payer. Méfiance : certains hôtels vous font payer un supplément si vous ramenez une guest.

Petite parenthèse sur les hôtels : réservez une nuit sur internet et après faites le tour … Vous aurez des prix beaucoup plus intéressants que sur internet selon le « remplissage des hôtels ou pas ». Fin de la parenthèse.

Finalement, nous réservons une chambre au Sands Hôtel entre station 2 et station 3. On obtient un bon prix vu le standing de l’hôtel. On précise bien que l’on souhaite 2 chambres pour 2 personnes J. Après s’être installés, nous profitons de la plage et de la mer.

En soirée, on commence par boire des san-mig au bar de l’hôtel et après manger, nous allons au Cocomangas. (encore !). Il est tôt, j’ai ma place au bar et profite du spectacle.

Les coréens sont en forme sur la piste !
Puis Jb retrouve sa ‘chérie’ de la nuit dernière … Il est déjà entre de bonnes mains. Elle s’assoit à nos côtés. Moi, je sens que ce n’est pas la grande forme, je me dis que je ne vais pas faire long feu … Un verre et après dodo. Je regarde quand même la clientèle. Une fille me regarde fixement à l’opposé du bar, je suis sa « target ».

Elle est pas mal. Mais bon, pas motivé ce soir … 
Et, à ce moment-là, deux magnifiques filles viennent parler avec Jb qui me dit : « vas-y, laquelle veux-tu inviter ? » Je ne percute pas et je lui dis : «  non, c’est bon pour ce soir !! ». Je revois encore le regard de Jb … qui en dit long sur sa surprise.

Bon, dix minutes après, je me dis que j’ai fait une « connerie ». Des canons. Et en plus, elles étaient très motivées (vous savez le truc en plus). Bon, c’est comme çà…
Ensuite, la copine de celle qui m’a fixé du regard, vient me voir et me demande si je ne veux pas inviter sa copine. Elle est timide.
Je lui dis OK … Nous buvons un dernier verre ensemble. Elle boit un gin tonic, moi un dernier whisky coke. Qui vois-je arriver et venir me voir : ‘’MISS CATHY’’… Merde, je l’avais oublié. Deuxième erreur !!! Tant pis, je lui dis que je suis déjà « pris » et elle me dit ok.

Peu de temps après, me voilà parti bras dessous bras dessus en direction du Sands Hôtel… Jb lui retourne avec sa chérie au Club Paraw … Une fois arrivé à l’hôtel, je suis un peu gêné devant le concierge. Mais çà va… Il demande juste à ma guest de laisser sa carte d’identité et nous voilà arrivés.
 
Le matin, à mon réveil, ma guest me demande si je peux la raccompagner dehors. Elle n’ose pas se présenter toute seule à la réception. Timide je vous dis.

Pas de problème, je l’accompagne et finalement nous marchons jusqu’à sa « petite maison ». (chambre) qu’elle partage avec trois autres colloc’. Bon, après avoir bu un café et avoir discuté avec ses copines et raconter une nouvelle fois ma vie, je lui dis que je dois y aller.   

Il est 10h00… La journée est devant moi.
Je profite ensuite de la plage et reste facilement une heure dans l’eau. Je retrouve Jb sur les coups de midi et allons manger en « solo » au NIGI NIGI. Je demande à Jb comment s’était passé sa nuit : «  je suis claqué ! une folle ». Moi, çelà était soft, j’étais fatigué … service minimum. Et elle était très timide (d’où mon conseil : préférez des filles un peu fofolles).

Et après avoir mangé un peu Jb est motivé pour aller faire des photos et aller jusqu’à « DINIWID BEACH » pour voir sa serveuse préférée, MISS JENNY.

Je lui dis que je vais aller faire la sieste.
Je conseille cette plage qui est à l’écart et les couchers de soleil sont magnifiques. Le bar fait d’excellents cocktails. Un dernier conseil, quand il fait nuit, n’empruntez pas le chemin le long de la plage car il est très mal éclairé et dangereux. Préférez prendre un trycicle, c’est plus prudent.

En novembre 2011, j’ai un ami qui a fini à l’hôpital et cela ne vaut pas le coup de gâcher vos vacances.. Donc pendant que Jb profite de la « white beach », je dors …

Je me réveille, la tête dans le « cul ».
Merde, ce soir, je ne peux pas sortir … la grosse fatigue. Après être descendu au bar de l’hôtel et bu une san-mig light, je discute avec le barman qui m’allume TV5 MONDE. Il y a une charmante touriste au bar aussi. Je discute avec elle, elle a la trentaine et est canadienne. Elle est toute seule en vacances.

Finalement, je cède à l’avance du barman et bois un maï-taï … Radical, je ne sens plus la fatigue ! J’avais envoyé un mail à bJ lui disant que ce soir je ne sortais pas. Je vais manger dans un restaurant italien : je me fais plaisir avec deux verres de vin rouge. Je retourne après au bar de l’hôtel et rebois un maï-taï.

Et vers 22h00, direction le Cocomangas … Sur qui je tombe … Jb toujours accompagné de sa san- mig light.

On s’assoit à l’endroit stratégique entre les deux bars près des cuisines. Là il reconnaît celle que l’on surnomme affectueusement Miss piste aux étoiles.
Elle a des tatouages dans son dos. Il avait passé un début de soirée en mars dernier avant que sa Jelivien lui fasse une crise. Voir le début de mon récit.
Elle le reconnaît et voilà notre Jb encore bien accompagné … Il ne la quittera plus jusqu’à la fin des vacances. Comme elle est accompagnée d’une copine, je discute avec elle … Une de plus !!!

Bon, c’est la première fois, d’habitude je ne change pas. Là, je ne comprends pas …
Donc, nous voilà parti pour le Club Paraw puis le Summer Place à la station 2. Donc, vous savez comment cela se termine. Je ne vous fais pas un dessin. Mieux que la nuit d’avant !!! Je la quitte le matin lui disant que l’on pourrait se revoir ce soir, mais dans un petit restau tranquille …
Elle me dit ok et je prends son numéro de téléphone. A ce moment-là je ne sais pas que je ne la reverrai plus.


JOUR 7 / BORACAY 5ème JOUR :

Ce matin, je me réveille vers 12h00.
Le programme de ces vacances commencent à se ressembler. J’avais dis à Jb qu’on ferait un tour en PARAW (bateau à voile) sur le RED PIRATES (le seul bateau rouge à Boracay), car l’équipage est excellent.

J’avais passé une soirée avec eux au bar RED PIRATES à la station 3 en juin. Et on devait aller à « PUKA BEACH ». Mal parti … Nous voilà donc encore au RED COCONUT. Même punition : salade « caesar », jus de mangue. L’australien est encore là et je regarde le manège des demoiselles.

Elles sont mignonnes … J’évite de croiser des yeux. Je porte exceptionnellement la casquette et des lunettes noires. Miss CATHY est là … Malgré mon déguisement, elle me reconnaît et papotons un peu ensemble. Il y a déjà un peu d’ambiance. Le barman fait le show. Bizarrement, étant à l’abri du soleil, tout le monde porte des lunettes.

Je reconnais des têtes et je lance des saluts amicaux ; Jb me dis : « encore une folle, mais là … « Maillot jaune ». Je comprends ce qu’il veut dire. Il a rendez-vous avec elle dans une demi-heure au bar. La voilà qui arrive accompagnée d’une copine que je ne connais pas. Nous terminons tranquillement de manger et sa copine, pas pudique du tout, a les mains baladeuses et des regards qui en disent long et des propos : « I want a baby Jb »… Elle est déjà énervée….. Elle en veut comme on dit dans le jargon.

Elle vient vers moi et me demande si je ne veux pas me faire présenter sa copine. Allez, « why not ? ». Les présentations faites, nous buvons une san-mig light et échangeons des palabres de circonstance. Elle me dit où elle habite et qu’elle vient d’arriver à Boracay il y a peine 3 semaines. Je ne la quitterai plus jusqu’à mon départ.

Nous allons ensuite à la plage accompagnés des demoiselles …
Je l’appelle MISS OK. Elle est toujours partante pour tout et me diras toujours OK !!!
Une crème. C’est mon coup de cœur des vacances.

Pour moi Boracay novembre 2012, plus tard, ce sera MISS OK.
Après la plage nous allons en chambre prendre une douche … Je ne quitte pas ma casquette et mes lunettes noires, mais le déguisement ne bluffe personne. Je croise la canadienne qui me tance du regard. Tant pis. Après la douche, je ne vous fais pas un dessin … C’est l’instant câlin !

Bref, cette journée restera une sacrée journée. En soirée, nous allons au restau avec nos deux miss à la « Villa de Oro », il me semble. Je conseille ce resort, car ce n’est pas cher par rapport aux autres restaus situés en bord de plage.

Nous passons ensuite la soirée dans un bar karaoké avec salle privée … Nous sommes donc en couples. Une salle pour nous tous seuls. Super moment. Ce sont, comme toutes les « filipinettes », des addicts du karaoké et elles chantent merveilleusement bien. Je ne sais pas à quelle heure nous sommes sortis mais nous avons passés un super moment. Il est temps d’aller dormir !





JOUR 8  / BORACAY 6ème JOUR :

Etant maintenant chacun en couple, chacun « vaque » à ses occupations. Mon programme a été plage, bain de mer, petite sieste que j’ai appréciée. J. Puis je laisse MISS OK, car je dois aller à l’office de tourisme chercher du cash et écrire des cartes postales. Je fais un – deux – trois ATM : pas de cash. Merde, çà arrive fréquemment à Boracay. Donc il reste quand même la solution de l’office de tourisme. Avec votre passeport, votre carte bleue, vous pouvez avoir des espèces au cas où mais la commission est salée : 17 %.

Finalement, je trouve un ATM.  Je retrouve en fin d’après-midi MISS OK qui est restée en chambre et a profité de mon ordinateur (quand on peut faire plaisir). Je l’invite au restaurant du Tree House. Je ne peux pas finir mes vacances sans passer dire bonjour au barman FRED. C’est l’endroit que j’ai fréquenté le plus à Boracay. L’ambiance est très calme, le cadre super ! Celà vaut le détour … Tout est en bois entouré d’arbres.  J’adore leur carte : je commande un « sizzling caldereta », après avoir bu au petit bar l’apéro. Nous sommes dans l’endroit lounge à l’abri des regards avec miss ok, installés sur des coussins par terre. Je profite à fond du décor et de la tranquillité.  Je me dis que demain les vacances sont finies.

Enfin, il me reste cette soirée. Nous décidons après le restau’ d’aller au Summer Place. Let’s go … Je retrouve Jb là-bas avec miss « étoiles ».
Grosse ambiance au Summer Place et il y a beaucoup de touristes qui viennent du Moyen-Orient. Ils sont particulièrement en forme.

C’est notre dernière soirée à Boracay. Demain, départ pour Manille.


JOUR 9 / DEPART POUR MANILLE :

Ce matin, on se réveille de bonne heure, 9 heures. Après avoir pris le petit-déj avec les miss, on fait le check-out et nous allons dire au revoir à MIKE, l’allemand du bar BEACHCOMBERS / CONGAS BAR à la station 3. On a de la chance, il est là. Tournée générale : san-mig light …

Après les au-revoir de circonstances, nous arrivons après 2 heures à l’aéroport de KALIBO…. Pourquoi KALIBO alors qu’il y a un aéroport à CATICLAN à cinq minutes de l’embarcadère ? Tout simplement pour le prix du vol. Faire MANILLE – CATICLAN avec CEBUPACIFIC revient à 40 € environ et faire le même vol, mais trajet inverse revient à 80 € ! Donc pour une modique somme, vous réservez une place dans un van et 1h30 plus tard à peu près vous arrivez à l’aéroport de KALIBO.

Réservez sur ZEST AIR. Comme nous avons un peu de temps devant nous, nous allons dans un bar en face de l’aéroport : on y passe une bonne heure et la musique est bonne. La chanson des vacances : « who’s that girl ». On rigole avec les serveuses. Ensuite nous testons un massage dans la salle d’attente. Grand moment de relaxation garanti … Je m’endors.
Je le referai … Je suis super détendu et je dors dans l’avion…
Quand « au prix », j’allais oublier, concernant miss ok. Elle m’a dit : « it’s up to you !!! ».

Donc, nous voilà à MANILLE. On a déjà oublié Boracay !
C’est le syndrome du poisson rouge dans son bocal. Souvenez-vous du début de mon récit !!!

Nous retrouvons avec joie le ROYAL BELLAGIO et son fameux café HAVANA (Cubana). Il y a du monde, j’ai mal aux yeux. Bizarre ??? Nous buvons une san mig light et parlons du programme.
Tiens, çà me rappelle quelque chose …

Je dis à Jb que je souhaiterais voir ma MARIBEL, souvenir de Boracay juin 2012 et de la casa mika. J’étais resté avec elle sept jours. Je l’adore … C’est elle ma « préférée » et mes vacances ne seraient pas « parfaites » si je ne la revoyais pas. Je l’appelle sans trop y croire, juste au cas où et elle me dit qu’elle ne se trouve pas trop loin, qu’elle est chez une copine à elle.

MANILLE étant une ville « tentaculaire », la probabilité de la voir était très mince ! Rendez-vous est donc pris !

Nous allons en face à l’hôtel  MAKATI PALACE pour retirer une dernière fois du cash. Jb, qui a toujours de bonnes idées, en passant devant des filles qui nous disent : « sir masage massage…. ». C’est marrant, elles portent toutes le même uniforme. Un polo rayé jaune et bleu. Le massage coûte 500 PHP.

Et là je vous jure que c’est vrai … Je n’ai pas eu droit à un massage, comment dire, traditionnel.  Je ne développe pas plus, par contre c’est cher. Elle me dit que je peux appeler son chef … Non, sans façon. Elle me dit que c’est cher car elles travaillent pour une compagnie, qu’elles sont sérieuses, il n’y a pas de problèmes, etc.

Je retrouve ensuite Jb au bar : je lui dis : « ouais, super le massage ! ». Jb me regarde étonné : « ben, c’est un massage quoi ! ». Il n’a pas eu droit au même traitement de faveur !!!

Nous allons manger au restaurant et peu de temps après je vois avec plaisir MARIBEL arriver ; accompagnée de sa copine qui maîtrise très bien le français. Elle est mariée avec un français, ceci expliquant cela.  Nous commençons alors le « bars hopping ». Je ne me souviens pas, malheureusement, des noms des clubs de Burgos que nous avons faits !!! Je me souviens juste d’un bar où les danseuses m’ont impressionné : des vrais pros du « pool dance ». De vrais gymnastes !!!

Par la suite, ces dames veulent aller à MAKATI, à l’ICON, la discothèque très célèbre de la jeunesse dorée qui se situe à l’hôtel intercontinental. Jb est lui aussi de la partie. Nous voilà donc à l’ICON …
Moi je suis en bermuda, donc je ne peux pas entrer. Mais c’est sans compter sur le savoir-faire de notre invitée. Grâce à elle, (la femme mariée), on me laisse entrer. Par contre, l’entrée est payante : 500 PHP. Le prix des consos est corsé aussi ! Encore une soirée qui a été très cher…

Je fais le tour de la boîte, il y a du monde et de l’ambiance… Une fille vient me voir, je décline ! Là aussi, il y aurait des free-lance ! Je suis trop content d’être avec MARIBEL. Jb s’égare un peu et drague la femme mariée. Je ne cite pas son nom, par discrétion, seconde édition !
Et, c’est là que çà devient fort : depuis les vacances du mois de mars, Jb a une « amie » sur facebook avec qui il n’est jamais sorti.

Elle lui a dit qu’elle voudrait bien le voir pour une nuit ! C’est une copine à MARIA, pour ceux qui suivent,et avait passé une soirée au LA CAFE en mars, mais en tout bien tout honneur. Jb étant déjà en main. 
Donc, sur qui il tombe, je vous le donne en mille : Yumi (c’est son nom). UNE CHANCE SUR ???  Comme quoi, sacrées vacances !

Nous rentrons tard, sur les coups des 4 heures du matin. Le réveil n’a pas été trop difficile pour moi, étant avec MARIBEL. Je ne développe pas, mais elle mène bien sa barque ! Elle a la tête bien sur les épaules. Je ne vais pas ici vous raconter sa vie ! Toujours est-il que je suis bien content d’avoir terminé mes vacances en sa compagnie. Il est 14h00, l’heure du départ a sonné ! Direction l’aéroport pour un voyage qui va être long, très long !

Si je reviens aux Philippines, je m’arrangerais pour ne pas repartir un dimanche ! Il y avait du monde. Le passage pour payer la taxe de sortie du pays et avoir le tampon exit sur le passeport n’a jamais été aussi long ! Un truc de dingue, comme d’habitude, toujours pas de clim’ et je n’avais pas pris de bouteille d’eau. J’ai presque fait un malaise !

Enfin, vers je ne sais plus quelle heure, je laisse Jb à l’aéroport d’Abu Dhabi et je me retrouve le lendemain matin, vers les 8h30, dans le RER B en direction de PARIS. Le RER est plein à craquer : wellcome back in PARIS.

Voilà la fin de mes vacances !!!
Jb a déjà programmé ses futures vacances : ce sera en avril, accompagné de deux autres français. 

Moi, c’était mon dernier passage à Boracay. J’essaierai de revenir au cours du 1er semestre 2013, mais peut-être à Bohol et Panglao island, pour des vacances moins agitées. (Quoique, vu les quelques échos que je viens de recevoir en passant par le forum du guide du routard … apparemment la vie n’est pas triste non plus à ALONA BEACH sur l’île de panglao pour un célibataire). Il y a un an tout juste, j’avais fait un combiné EL NIDO – BORACAY qui avait été plus reposant !

Là, on a fait fort !



Des questions à poser à Ja et Jb, je me ferai un plaisir de les transmettre aux intéressés.

Expériences, avis, critiques et commentaires sont les bienvenus.

N’hésitez pas à me contacter si vous souhaitez plus d’informations ou des précisions.


Domy : <  coquillagesdesphilippines@yahoo.com  >

Retrouvez-moi sur :
<  www.expatauxphilippines.blogspot.com  > 



Épouser une Femme Philippine”,

sous titré, 

Chercher Trouver et Marier une Pinay,


S’adresse à tous les hommes occidentaux  qui souhaitent trouver aux pays des 7.107 îles celle qui deviendra la compagne de leur vie.

Un livre complet qui aborde tous les sujets sans tabous.
Plus d’information sur la page ‘’livres’’






Mon petit livre 

101 façons de Générer des Revenus aux Philippines, pour y vivre’’ est maintenant disponible. 



Vous trouverez plus d’information sur la page ‘’Livres’’








 EST-ELLE réelle ?
              Est-elle celle qu’elle
                Prétend être ?

Enquêtes et Investigations
                   Aux Philippines