Wednesday, September 19, 2012

ANGELES CITY ... PREMIER SÉJOUR !


Mon premier séjour à Angeles City

Cela faisait plusieurs mois que j’avais le plan de revoir les Philippines.

Marié à une Pinay durant plusieurs années, je passais la majorité de mes vacances en sa compagnie dans sa lointaine province natale de Surigao.

Mais, durant ces longues années il ne m’a jamais été possible de visiter Angeles-City, ou Ac comme l’on dit ici, la Panthère veillait. Comme je vous l’ai déjà dit la ‘’Pinay’’ est jalouse, extrêmement possessive et exclusive, donc pas question de visiter la ville des Anges.

Comme d’habitude je ne souhaite pas utiliser les véritables noms des demoiselles que j’ai rencontrées, des jeunes femmes que j’ai connues au sens biblique du terme, je tiens à préserver leur anonymat.

Par contre, je vais vous donner les noms des différents endroits, principalement des Bars et clubs, où je suis passé, parfois où je me suis éternisé, touché par l’ambiance chaleureuse qui y régnait.

Vous pourrez ainsi me suivre à la  trace et découvrir quelques-uns des lieux les plus chauds et accueillants du quartier de Balibago.

J’ai une réservation au Central Park, un  Hôtel qui se situe sur Real Street, sur le lieu même de l’action, en plein milieu du champ de bataille et à moins de deux minutes à pied des monuments historiques de Fields avenue.


Le Central Park Hôtel, 361 Real Street, Barangay Balibago, Angeles-City.
Trois catégories de chambres dans cet  hôtel, Standard, Luxe et Première, à respectivement 32, 35 et 38 US$. Afin de bénéficier d’une baignoire je vous conseille une Luxe, vous profitez également d’un DVD ( ?), franchement je ne sais pas en quoi un DVD peut apporter un plus dans le quartier de Balibago, le spectacle est ailleurs, le spectacle est dehors.

 Je précise que je ne touche rien du Central Park Hôtel, même pas une petite remise, mais je ne désespère pas. Une fois que nombreux vous aurez réservé, en précisant que vous venez de la part de ‘’Domy the French Guy’’, je suis assuré d’avoir au moins une nuit gratuite.

Pour se ravitailler, un excellent restaurant tenu par un Suisse-Allemand se trouve à deux pas, le Chalet Suisse. 

Précision, je ne touche toujours rien, mais si vous venez nombreux …  


Nouveau (newbie) à Angeles-City, je n’ai jamais entendu parler et encore moins participé à une ‘’poolparty’’ ; une partie, un spectacle, un show au bord de la piscine.
Il faut le voir pour le croire, mieux que tout ce que j’aurai pu imaginer dans mes rêves les plus fous.

Pour 1.000 pesos vous vous retrouvez installé au bord d’une superbe piscine, le soleil est de la partie, mais vous êtes à l’ombre d’un large parasol et il y a là un nombre … incalculable de jeunes et jolies filles dans des bikinis qui présentent et mettent en valeur plutôt qu’ils ne cachent.

Je précise, pour les assoiffés, les déshydratés, que vous pouvez consommer autant de boissons que vous le souhaitez.

Je suis blanc, pas encore chauve, avec un long nez et des yeux bleus ; bien qu’approchant la soixantaine, avec un corps que j’entretiens régulièrement, il semble que je passe pour quelqu’un qui attire encore un peu, nombreuses sont les jeunes femmes qui tournent autour de moi. 

Pas toutes bien évidemment, mais un nombre certain et il n’y a peut-être pas uniquement mon apparence physique qui les attire, les LD, pour Lady Drinks, que j’offre ici et là y sont très certainement pour quelque chose.

Je vous ai dit un nombre incalculable ?

Néanmoins, je viens de faire un petit calcul et je peux vous dire que le ratio homme  / femmes doit être de l’ordre de 1 / 4, voire 1 / 5.
Donc, même en étant gourmand, il y a de la marge.   

En moins de trois minutes j’ai deux de ces jeunes filles sur les genoux qui commencent à me faire plein de choses, alors que le soleil a déjà bien entamé sa descente vers l’Ouest.

Avant que ce même soleil ne se cache derrière le bâtiment principal de l’hôtel, vous risquez, comme moi, de vous retrouver dans un état qui ferait honte à un gorille en rut.

Que je vous dise, en plus des deux que je maintiens en lévitation, il y a un groupe composé des plus chaudes de ces demoiselles, qui est en train de passer en revue le Kamasoutra version philippine. 

Malgré de très nombreux rappels à l’ordre, il y a des bikinis qui ont tendance à la jouer ‘’Good bye my friend’’, adieu l’ami en version française. C’est du genre salace et non salafiste, n’est-ce pas Guy ?

Il faut dire à leur décharge qu’elles ont un peu (beaucoup pour nombre d’entre elles) bu, que les barrières de la pudibonderie sont tombées et qu’elles laissent libre cours à leur libido. A y regarder de plus près … oui, ici, là, il doit bien y avoir une ou deux adeptes de Lesbos dans ce groupe.

Partant du principe que l’ennui naquit de l’uniformité, je ne suis pas contre … Ne faut-il pas de tout pour faire un monde ?

J’achète, pour 1.000 pesos, dix colliers de grosses perles (j’ai vu un gars faire ça) et en moins de cinq secondes, chrono en main, j’ai dix (au moins) filles qui me sautent dessus.

Je vous dois quelques explications et les voici, les voilà.

Je suis allongé sur une sorte de chaise longue, en maillot de bain (une petite pièce) et j’ai maintenant dix colliers autour du cou. Les jeunes femmes doivent venir, en s’allongeant sur moi, avec les dents s’il vous plait, retirer un et un seul des colliers.
Je ne vous dis pas !

Un vol de morpions s’abattant sur le bas clergé. Oui ici les morpions volent et je vais encore me faire bien voir par l’église locale.

Il faut néanmoins relativiser un peu la performance ; pour chaque collier récupéré de cette façon, que je qualifierais d’acrobatique, la jeune personne va recevoir 50 pesos !
Bon, il serait peut-être temps de penser aux choses sérieuses (comme si l’on était encore capable de penser dans ces moments-là).

Quelques brasses dans la piscine, toujours en bonne compagnie et je me rapproche d’un petit Tanagra qui me dit entre autres, lors de notre conversation hautement intellectuelle, travailler à ‘’Angelwitch’’. Mais, alors que toujours dans l’eau, je me trouve séparé de mon petit ‘’Tas’’ par une de ses copines, qui me demande si elle peut m’embrasser.

Sans attendre ma réponse sa langue part à la recherche de mes amygdales.
Croyez-le ou non, elle les a trouvées.

Après quelques longueurs de bassin en sa compagnie et quelques danses, je l’invite à dîner pour  lundi soir, donc demain, mais ceci est une autre histoire que je vous raconterai plus tard.

Après la poolparty, vers 20 heures, je décide de faire une petite visite au Candy bar qui se trouve sur Perimeter Road. 

J’ai rencontré il y a huit mois, sur un site spécialisé, Wilma qui travaille dans ce bar comme waitress (serveuse). A peine passé la porte d’entrée, elle arrive en courant, me saute au cou et m’embrasse comme si nous étions mariés de longue date.

Elle est surprise, je lui avais dit que je n’arriverai que la semaine prochaine.
(Toujours être prévoyant, l’on ne sait jamais ce qui peut arriver dans ce pays)
Quelques  verres avec ses copines, comme elle waitresses et je l’invite à dîner (EWR P 1.000).

En effet après la poolparty je suis resté sur ma faim.

Dîner rapide au Chalet Suisse et en avant pour le concert.

Etonnante que sa poitrine, encore plus impressionnante qu’à travers la webcam.
J’avais fantasmé durant de longues nuits sur ces montagnes dignes de l’Himalaya, mais maintenant je comprends pourquoi ; je monte, je grimpe, sans piolet ni pythons, pas de chaussures à crampons, je ne suis même pas encordé et pourtant ma sécurité est assurée.

Nous ne faisons pas que jouer, nous avons également des pauses durant lesquelles nous discutons. Il faut dire qu’après huit mois de webcam, à raison d’une séance journalière, nous nous connaissons bien … de vieux amants en quelques sortes, de vieux amants qui se retrouvent après une longue séparation.

Nous repartons pour quelques séances de gymnastique, sa technique est parfaite, médaille d’or aux jeux olympiques d’hiver, catégorie patinage en couple, bien que la température doit avoisiner les 22 º C, climatisation au maximum.

De la petite fille presque timide du début de notre relation sur la toile, il y a de cela huit mois maintenant, je trouve en face de moi, je découvre, parfois sous moi, une femme dans la plénitude de ses vingt ans. 

Une tigresse assoiffée, une femme qui se sent maintenant à l’aise quand elle se fait inviter à dîner.

Je dois dire qu’après l’action, après une longue réflexion, cela a quelque peu modifié l’image que j’avais d’elle.

Aussi, la vague idée qui me courrait dans la tête, à savoir commencer quelque chose de sérieux avec elle, s’est peu à peu évanouie. Le vieil adage : ‘’Vous pouvez sortir une fille du bar, mais il est difficile de sortir le bar de la fille’’, m’est remonté en mémoire.

Lundi soir

Ayant un rendez-vous avec la copine de mon petit Tanagra, je me retrouve au ‘’Angelwitch’’.

Le ‘’Angelwitch’’ est ouvert tous les jours de 06 : 00 PM à 05 : 00 AM.
Il se situe sur la partie haute de Fields Avenue, au Nº 302 exactement, pour ceux qui seraient un peu perdu.

Les Happy Hours : de 6 à 8 PM et une réduction de 20 % est accordée sur les boissons suivantes.
Des Shows exotiques sont exécutés par plus de 80 danseuses et le bar emploie une trentaine de serveuses. Boissons locales 95 pesos, LD 150 et comptez 1.500 toujours pesos pour une invitation à dîner. Une table de billard est disponible à 10 pesos la partie.

Le fait de sonner la cloche vous coutera 4.000 pesos.

C’est un bar qui est relativement petit, disons qu’il peut accueillir au maximum une petite centaine de clients, mais il est très confortable, chaleureux et particulièrement apprécié des clients occidentaux.

A peine franchi le seuil, elles sont quatre à me sauter dessus ; mon petit Tanagra, la spécialiste des amygdales et deux de leurs copines, pas triste du tout. 

LD pour tout ce joli monde afin de chauffer un peu plus l’ambiance. Deux des filles sont en train de manger des mangues vertes et, comme le veut la coutume locale, l’une d’entre elles me propose de goûter à ce qu’elles considèrent comme une friandise. La très grande majorité des étrangers refusent absolument de goûter à cette chose, surtout si elle est accompagnée de ‘’Bagoong’’.

Imaginez leur surprise quand je refuse au prétexte qu’il n’y a pas de ‘’Ginnamos’’ ou ‘’patis’’ en Tagalog. 

Le fait de parler un  peu (conti lang), de Bisaya et de Tagalog ouvre de très nombreuses portes dans ce pays et lorsque je demande si tel plat, une spécialité, est disponible au menu, j’ai la surprise d’entendre trois d’entre elles se mettent à hurler, moi, moi, moi … Chose à retenir pour un futur que je sens proche.

Bien entendu, après trois bonnes heures passées dans ce bar dans une atmosphère de franche rigolade, il est temps de passer aux choses sérieuses.

Invitation à Dîner pour la dévoreuse d’amygdales, mais réservation de mon petit ‘’Tas’’ pour le lendemain.

Elle est encore plus ‘’Sweetie’’ que vous ne pouvez l’imaginer.

Trois entrées lui suffisent à peine, je dois ajouter des ingrédients pour pimenter la chose et, lorsque enfin nous passons au plat de résistance, je ne résiste plus, je me rends, que dis-je j’abdique … pour un temps seulement, l’appétit ne vient-il pas en mangeant ?

Et je mange, je mange, que dis-je, je dévore, je me goinfre, j’en demande encore plus, j’en redemande … et la petite chose, devenue grande, m’accompagne jusqu’au bouquet final.

Pas tout à fait final le bouquet, il y aura des rappels … de nombreux rappels, avant qu’enfin ne tombe le rideau.

Petit problème, elle souhaite rester pour la nuit suivante, que dis-je la nuit … la matinée, l’après-midi, la nuit, la journée entière, mais je ne pense pas que cela soit une bonne idée.

Je ne suis pas venu ici pour jouer au ‘’Monogame’’.

A votre avis ?  

Je n’en suis qu’à relater la deuxième journée d’un séjour qui va durer trois semaines … vous aurez des surprises, de nombreuses surprises dans les jours à venir.

Je vais écrire une page ‘’Angeles City ou AC’’ pour faire court, une page sur laquelle je vais mettre un plan de Balibago et toutes les informations utiles et nécessaires à un voyage inoubliable.


Expériences, avis, critiques et commentaires sont les bienvenus.

N’hésitez pas à me contacter si vous souhaitez plus d’informations ou des précisions.
Domy : <  coquillagesdesphilippines@yahoo.com  >

Retrouvez-moi sur :
<  www.expatauxphilippines.blogspot.com  > 







Épouser une Femme Philippine”,

sous titré, 
Chercher Trouver et Marier une Pinay,


S’adresse à tous les hommes occidentaux  qui souhaitent trouver aux pays des 7.107 îles celle qui deviendra la compagne de leur vie.

Un livre complet qui aborde tous les sujets sans tabous.
Plus d’information sur la page ‘’livres’’






Mon petit livre 

101 façons de Générer des Revenus aux Philippines, pour y vivre’’ est maintenant disponible. 



Vous trouverez plus d’information sur la page ‘’Livres’’








 EST-ELLE réelle ?
              Est-elle celle qu’elle
                Prétend être ?

Enquêtes et Investigations
                   Aux Philippines





2 comments:

  1. Merci pour ton clin d'oeil et que si tu y retournes dans quelque temps fais le moi savoir car j'ai besoin d'un guide reel sur place ou alors me conseiller une personne sûre qui pourrait m'accompagner et non pas pour aider a tenir la chose ! loool
    Guy Moreau

    ReplyDelete
  2. si tu veux des conseils:
    hotel tiger (faut reserver): chambre 1100 tres propre.

    meilleurs endroits:
    - forbiden (plus cher mais tres beau spectacle)
    - angelwitch pour l'ambiance et la musique (si tu y vas trop tard, les belles sont parties !)
    - pony tails (j'aime bien celui la masi ca depend des soirs)
    - atlantis pour l'ambiance et jolies filles (mais plus cher),
    - fantasy pour lundi ou mardi (je sais plus quel jour mais bonne musique ce jour la


    toute facon, faut tous les faire :-)

    ReplyDelete